L’hebdo Le Un, petite reine de Metz

« Une fois par semaine, un sujet, une page, une heure de lecture », mais plus d’un lecteur, c’est la formule de ce journal papier lancé il y a tout juste un an. Eric Fottorino, ancien directeur du journal Le Monde, a présenté au public du festival Le livre à Metz, littérature et journalisme, son hebdomadaire Le Un.  

 1er hors-série du Un sur le Tour de France fin juin

 L’ancien directeur du quotidien Le Monde, explique avoir souhaité « créer un journal qui n’impose pas une opinion, mais qui laisse des idées s’exprimer pour que d’autres puissent les contredire » et chercher par ailleurs à « sortir de l’entre-soi ».

Différentes voix s’y expriment donc, anthropologue, sociologue, philosophe, écrivain, historien, etc. dans le but d’apporter des « explications ». Le mot dérive du latin « plicare », souligne Eric Fottorino, car leUn a la particularité de se déplier. Une grande page pliée en quatre, sans agrafe ni page volante. Le format aura surpris au départ, mais a l’avantage de pouvoir être lu en une heure et d’éviter ainsi « l’effet de piles, motif à frustration pour le lecteur », observe Éric Fottorino

Un arbre touffu de 50 feuilles

Au moment de sa création, le poète syrien Adonis aurait avancé qu’il fallait que ce soit un arbre, pour qu’il puisse « enfoncer ses racines et capter la lumière ». Et ainsi se dresse le chiffre 1 en Une, de façon « raisonnablement phallique », observe-t-on dans le public. Après un an, l’arbre est touffu de 50 feuilles et devrait approcher l’équilibre à la fin de l’année, avec 25 000 lecteurs hebdomadaires, dont 40 % auraient moins de 30 ans. Côté illustration, les pages « Repères », signées par Jochen Gerner pour la plupart, sont « de plus en plus souvent utilisées comme base de savoir pour illustrer des publications, notamment scolaires », explique le dessinateur. L’ensemble de ses planches fera prochainement l’objet d’une exposition au Club de la presse à Strasbourg.

Un hors série fin juin sur le Tour de France

Fin juin, le Un sortira son premier hors série. Ceux qui connaissent la passion de Eric Fottorino pour la petite reine auront déjà deviné quel en sera l’objet : un siècle de tour de France. À la question de savoir ce qui manque encore au journal, son directeur cite avec regret les grandes enquêtes et les longs reportages. « Une question de moyens », avance-t-il. En attendant ces récits au long cours, on pourra toujours relire quelques articles sur le site, par exemple celui de Mathias Enard sur Les langues, belles étrangères et profiter de l’offre anniversaire à 1 euro jusqu’au 30 avril (2,80 euros en kiosque).

 

Publicités
Cet article, publié dans Journalisme, L'Actu, Manifestations, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s