Dans la solitude de la capitale allemande, histoire des époux Hampel

Alors que le roman de Hans Fallada connaît un immense succès international depuis sa réédition, deux adaptations théâtrales de « Seul dans Berlin » sont à découvrir sur scène. Les 29 et 31 janvier et 1er et 2 février, la grande salle des Amandiers à Nanterre accueille la mise en scène de Luk Perceval.

Plébiscitée par le public et la critique en Allemagne, la pièce a remporté de nombreuses distinctions, notamment le prix de la critique pour la meilleure mise en scène et la meilleure scénographie, Luk Perceval et Annette Kurz, ont également reçu le prix ‘Faust’, l’équivalent du prix Molière, chacun dans sa catégorie.

 Inspiré de l’histoire vraie des époux Hampel, le chef d’œuvre, écrit par Hans Fallada en 1946, raconte l’entrée en résistance de deux ouvriers berlinois après la mort « héroïque pour la patrie » de leur fils unique. Une résistance, minuscule, mais moins dérisoire qu’il n’y paraît, et qui coûtera la vie aux époux Hampel, décapités en 1943. Pendant deux ans, ils auront dispersé plus de 200 cartes postales, dont chacune est un appel à s’opposer au régime nazi. Le Livre a été salué par Primo Levi comme l’« un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ». 

image

image

image

Théâtre des Amandiers, crédit Krafft Hengerer

La pièce de Luk Perceval suit les mouvements du roman, l’entrée en résistance du couple ; la recherche des coupables par la Gestapo ; leur arrestation, leur internement et leur exécution. Pour illustrer la capitale en ruines, la scénographe Annette Kurz a construit un gigantesque plan de Berlin fait d’environ 4000 ustensiles et articles de maison de l’époque.

La représentation d’une durée de 4h30 (avec deux entractes), en allemand surtitré, séduira-t-elle le public français ? Combien seront prêts à se plonger dans cette histoire où l’on « torture et l’on meurt en quantité », comme prévient l’auteur dans la préface de l’édition intégrale non censurée, récemment publiée par Denoël…

 Au Lucernaire, l’affiche interroge d’emblée « Seul dans Berlin ? » et ce point d’interrogation est déjà un acte d’adaptation. Sont-ils les seuls à lutter, les Quangel, uniques personnages du roman retenus dans cette adaptation, et quelle sera la portée de leur modeste révolte ? Pour René Fix, qui a adapté le texte mis en scène par Claudia Morin, « le théâtre offre à leur geste son plus bel écrin, celui d’une nuit où chacun d’entre nous a rendez-vous avec sa soumission ou sa résignation ».

Publicités
Cet article, publié dans Allemand, Auteurs, Denoël, Hans Fallada, L'Actu, L'Auberge espagnole, Laurence Courtois, Théâtre, Traducteurs, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s